L’USB a appelé à une grève nationale dans les secteurs de la santé, des transports, de l’école et des services éducatifs pour le 25 novembre prochain.

 

Quatre secteurs stratégiques dans la vie du pays décident qu’il est temps de se mobiliser ensemble. Le 25 novembre sera une journée de grève de l’USB pour les travailleurs des transports publics locaux, des écoles et de la santé publique, qui sont une fois de plus soumis à un rythme effréné et à des risques sérieux pour leur santé et leur sécurité.

Dans aucun de ces secteurs, l’expérience de la première phase de l’urgence n’a produit le changement de rythme nécessaire par rapport à un recrutement stable de personnel et de financement pour mettre en œuvre tous les changements que la “leçon” du Covid-19 a clairement indiqués. En outre, ce qui a fait totalement défaut, c’est surtout le travail de planification intégrée de ces services.

Il était clair qu’avec la réouverture des écoles en septembre, la courbe de contagion allait encore s’accentuer. La réappropriation constante des compétences entre État, Régions et Communes, l’absence de tout projet de dépistage de masse, le manque coupable d’une direction politique capable de contrer les objectifs féroces de la Confindustria et du monde productif qui veut rester ouvert à tout prix, au détriment de la santé et de la sécurité, l’absence de revenu universel et de mesures de protection pour les groupes de travailleurs les plus touchés par la crise, tout cela nous a plongés dans une situation incontrôlable que nous ne voulons plus accepter passivement.

Chacun de ces services essentiels doit être mis en mesure de garantir les droits constitutionnels pour lesquels il a raison d’être – santé, éducation et éducation pour tous – et ne peut devenir un lieu de transmission incontrôlée du virus.

Pour inverser le cours des choses, pour remettre les intérêts collectifs au centre, pour changer les priorités sociales, il faut revendiquer des droits, un emploi stable, un financement, mais il faut penser à un autre modèle de société, que nous avons voulu résumer par une formule : Nouveau rôle et nouvelle fonction de l’État.

Un État qui n’est pas le comité d’entreprise de la bourgeoisie, mais le lieu où les intérêts de la population s’organisent et déterminent les choix politiques pour le bien-être commun.

Nous n’acceptons plus le refrain sur l’argent qui manque, l’USB a également fait une proposition détaillée pour l’utilisation des fonds du Fonds de relance dans une brochure intitulée de manière significative “Construisons l’avenir”, qui est également un résumé des voies de réclamation et de proposition des secteurs concernés.

Contre le verrouillage des propriétaires, nous proposons un plan pour sécuriser et renforcer les services publics essentiels, ceux qui sont au service de tous, ceux qui doivent devenir le cœur de la gestion de cette phase dramatique aujourd’hui, et demain de son dépassement.

USB