LT: GRÈCE – GRÈVE GÉNÉRALE ! Le gouvernement et les patrons veulent légiférer sur la semaine de travail de 10 heures/60 heures. Ils veulent interdire les syndicats et les grèves des travailleurs !

GRÈCE – GRÈVE GÉNÉRALE !

Le gouvernement et les patrons veulent légiférer sur la semaine de travail de 10 heures/60 heures.

Ils veulent interdire les syndicats et les grèves des travailleurs !

La pandémie devient une grande opportunité pour le gouvernement et les patrons. Au moment même où le pays, en raison de décisions gouvernementales, est sur le point de subir un nouveau verrouillage, la pandémie balaie le système de santé national qui était laissé sans défense et en sous-effectif, les lieux de travail et le système de transport en commun sont devenus des terrains propices au virus, le gouvernement a trouvé le temps de ne rien laisser au hasard pour défendre les droits des travailleurs.
Comme si la loi sur la faillite personnelle ne suffisait pas, avec laquelle ils ont mis leurs griffes dans le logement et les revenus des gens. Comme s’il ne suffisait pas que le chômage ait explosé et que la loi interdise essentiellement les manifestations, le gouvernement s’est présenté et a fait une annonce :
*La mise en place de la journée de travail de 10 heures partout, et en plus du travail non rémunéré pour les deux heures supplémentaires.
* Ils détruisent les heures de travail stables et réduisent encore les salaires.
* Ils interdisent complètement le dimanche comme jour de repos.
* Ils attaquent l’action syndicale, l’organisation et les droits des travailleurs.
* Ils abolissent les assemblées générales, la participation des travailleurs à celles-ci et établissent le vote électronique comme condition préalable à une grève.
* Ils imposent du “personnel de sécurité” pendant les grèves, qui dans certains cas (comme dans les anciennes infrastructures publiques, les transports, les ports, etc.
* Même si une grève est annoncée après tout cela, désormais, le piquetage est un délit et rend la grève elle-même illégale.
* Le droit à la négociation collective ne sera reconnu qu’aux syndicats qui
ont soumis leur enregistrement numérique, les noms de leurs membres, à l’État
et les patrons. Pour qu’un syndicat fonctionne, il doit donc accepter la surveillance de ses membres.
Nous ne les laisserons pas faire. Nous ne reculerons pas devant la lutte collective pour nos droits et libertés syndicaux. Nous ne donnerons pas aux capitalistes et à leur État le droit de s’organiser, de se réunir et de décider, d’élire nos représentants. Nous n’arrêterons pas de nous battre, quel que soit le nombre de persécutions qu’ils lancent. Nous ne laisserons personne seul, contre le grand capital et ses mécanismes.
Sous les masques, nous avons des voix ! L’appel à la grève générale est la priorité absolue de tout syndicat. Les décisions de grève se multiplient chaque jour. Le moment est venu pour chaque lieu de travail de se lever par l’intermédiaire de ses syndicats et de leurs comités, d’organiser des assemblées générales et des campagnes, afin que chacun sache ce que le gouvernement prévoit.
Nous préparons une réponse massive et militante avec la grève générale partout, dans les usines, les hôtels, les chantiers, les magasins. Le PAME appelle les syndicats de tous les pays à dénoncer le projet de loi anti-travailleurs du gouvernement grec. Elle exprime sa solidarité avec la grève générale des travailleurs de Grèce.
Veuillez envoyer des messages à:
PAME : international@pamehellas.gr
OIT : ilo@ilo.org
Les ambassades grecques locales dans chaque pays