LA FÉDÉRATION MONDIALE DES SYNDICATS DANS L’HISTOIRE

LA FÉDÉRATION MONDIALE DES SYNDICATS DANS L’HISTOIRE

Par Gustavo Espinoza M.(*)

Salutations, chers camarades!
_L’auteur de l’article ci-joint est l’ancien secrétaire général de la CGTP du Pérou. Il est écrivain et journaliste. Je laisse son intervention à votre considération.
Fraternellement,
Valentín Pacho
Vice-président, FSM

NOTE DE LA RÉDACTION : Louis Saillant a été le premier président de la FSM de 1945 à 1968. Pierre Gensous lui a succédé. L’actuel secrétaire général de la FSM est George Mavrikos. Vous trouverez plus d’informations ici : http://www.wftucentral.org/?lang=fr

De tout cela doit émerger la réalité vivante de l’internationalisme prolétarien, la profonde communauté d’intérêts de tous les travailleurs du monde et la possibilité concrète de réaliser l’unité syndicale internationale entre des organisations syndicales qui, au niveau national, peuvent être très différentes“.
-Louis Saillant

Dans l’histoire des peuples, la lutte des travailleurs a toujours joué un rôle prépondérant. La confrontation des classes, sa dynamique et sa propre force, ont toujours été la toile de fond du développement humain. L’expérience de la lutte des peuples contre l’oppression et la violence a laissé une marque indélébile dans toutes les confins de la planète.

L’histoire de la Fédération syndicale mondiale, son origine et ses luttes, sont liées à ce processus de développement dans lequel la force de millions d’hommes et de femmes de tous les pays, a fait tourner la roue de l’histoire. Voyons voir

CONTEXTE ET ORIGINE DE LA WFTU

Lorsque la Fédération syndicale mondiale a été fondée à Paris le 3 octobre 1945, le bruit rythmé des canons et des éclats d’obus qui avait tourmenté le monde depuis le fatidique mois de septembre 1939, lorsque les armées d’Hitler ont envahi la Pologne et commencé la Seconde Guerre mondiale, n’était pas encore éteint. Cependant, la Bête brune avait déjà été abattue, et les gens – les acteurs de cette épopée – célébraient avec joie la victoire de la paix et de la solidarité dans de grandes avenues.

Quelques jours auparavant, le 25 septembre3 de cette année-là, la Conférence syndicale mondiale commençait ses travaux dans la capitale française, qui allait donner naissance à la Centrale internationale de classe ouvrière.

A la tête des luttes populaires contre le nazi-fascisme, la classe ouvrière avait mené d’énormes batailles pratiquement dans toute l’Europe. Les socialistes unis, les communistes, les radicaux et de nombreux travailleurs d’autres horizons politiques, ou sans eux, avaient marqué l’histoire de leur empreinte avec du sang et du feu. Et ils se préparaient à construire un monde nouveau, dans la paix et la justice.

Il est courant de souligner – comme le font les experts – que la défaite du fascisme en 1945 a été une victoire historique pour toutes les forces de la démocratie et du progrès, dirigées par l’Union soviétique. Mais c’est surtout un triomphe du prolétariat de l’époque, de la classe ouvrière internationale qui, dans toutes les confins de la planète, a su se soulever pour défendre la dignité et la vie des peuples.

On sait qu’après le déclenchement de la conflagration mondiale de cette période, le système de domination capitaliste a été gravement affaibli. Outre la destruction matérielle des villes, le rasage des terres agricoles transformées en champs de bataille et les problèmes économiques résultant de la guerre, il y a eu le processus de décolonisation qui a fait date. Des millions d’hommes et de femmes en Asie, en Afrique et en Amérique latine ont ouvert la voie à l’indépendance et créé les bases d’un développement ultérieur. Le rôle des travailleurs a également été décisif dans cette bataille.

Le début de ce processus de décolonisation a généré une série de problèmes économiques et sociaux dans les grandes villes européennes. Les puissances coloniales se sont nourries des produits des pays liés à leur main de fer. La rupture de cette chaîne de domination a généré des pénuries, du chômage puis des migrations qui prennent aujourd’hui des dimensions considérables. À l’époque, ces phénomènes n’étaient pas perçus dans leur dimension réelle. Ils sont apparus plus tard, lorsque le monde colonial a cherché à s’inscrire dans un scénario plus large en contestant même les produits et les marchés de Metropolis.

Dès son origine, la nouvelle organisation syndicale – la FSM – était sensiblement différente des organisations syndicales préexistantes. Au lieu de promouvoir la “collaboration de classe”, elle encourage la lutte pour assurer la capacité d’action des travailleurs, qui sont déterminés à construire une société socialiste, comme cela se passe déjà à cette époque – et depuis 1917 – en Union soviétique. Dans cet esprit, la FSM a conçu la figure du socialisme dans le scénario futur des peuples, et a agi conformément à ce but

Comme l’indique le sixième volume de l’Histoire du mouvement ouvrier publié par Editorial Progreso, en 1981, “La fondation de la Fédération syndicale mondiale (FSM) a été une grande victoire de l’internationalisme prolétarien et un succès pour les partisans de l’unité dans le mouvement ouvrier international. La FSM a été fondée à l’initiative du courant révolutionnaire dans le mouvement ouvrier, lors du premier Congrès mondial des syndicats convoqué fin septembre 1945 à Paris. Des délégués de syndicats de 56 pays représentant 67 millions de travailleurs ont participé à ses travaux” (1)

Cependant, il faut reconnaître que la FSM n’a pas émergé comme Pallas Athena de la tête tonitruante, embellie et composée de Jupiter. Elle était elle-même le fruit d’un long processus de rapprochement, mené par les organisations syndicales des travailleurs des pays les plus importants d’Europe engagés dans la lutte internationale contre le fascisme. Les syndicats soviétiques et le TUC britannique ont joué un rôle de premier plan dans cette tâche.

Rubén Íscaro, l’éminent syndicaliste argentin, se rappelle que c’est en 1941, alors que les bombes allemandes pleuvaient sur le vieux Londres, que le Congrès des syndicats britanniques s’est réuni à Édimbourg et a décidé d’établir un contact avec le Conseil central des syndicats soviétiques “en vue d’une coopération dans la lutte contre la guerre” (2). Les liens entre le Britannique Walter Citrine et le Russe Nikolai Shvernik constituent le début d’une entente qui se projette dans le temps, et qui aura un rôle décisif en ce mois d’octobre 1945.

Cet échange a en outre marqué l’effondrement de l’ancienne organisation syndicale d’avant-guerre – la Fédération syndicale internationale d’Amsterdam – dont les dirigeants se sont révélés incapables de suivre le rythme de l’époque et de mener les luttes des travailleurs contre la guerre et le fascisme.

L’émergence d’un Comité syndical anglo-soviétique en 1942 affirme le cap pris dans un contexte marqué par la généralisation de la guerre et l’ouverture du front militaire allemand contre l’URSS. Des années plus tard, en février 1945, la Conférence syndicale internationale se réunit à Londres. Ce processus a cependant été affecté par des contradictions de diverses natures mais sur la base desquelles il y avait des différences idéologiques et politiques concernant le rôle et les tâches de la classe ouvrière.

LA NOUVELLE CORRÉLATION DES FORCES EN EUROPE

Déjà à cette époque, la scène internationale européenne était définie. La défaite du fascisme n’était que le prélude à une victoire vigoureuse de l’Union soviétique. L’URSS n’a pas seulement vaincu militairement les hordes hitlériennes, elle a également libéré une grande partie de l’Europe de l’Est et même la partie centrale du vieux continent.

Dans plusieurs pays, des gouvernements progressistes sont apparus, qui sont devenus plus tard de véritables démocraties populaires. Ces victoires s’affirment dans la résistance héroïque affichée sur leur sol par les ouvriers et les peuples déterminés à vaincre le pouvoir d’Hitler. Dans ces luttes, les syndicats quasi clandestins et leurs avant-gardes politiques en sont venus à jouer un rôle prédominant.

En Pologne, Hongrie, Tchécoslovaquie, Bulgarie, Roumanie. En Albanie, en Yougoslavie et dans la partie orientale de l’Allemagne, il a été possible de jeter les bases de la création d’un ordre social plus juste et plus humain, de type socialiste. Mais cela ne s’est pas produit dans les pays scandinaves. Cela ne s’est pas non plus produit aux Pays-Bas ou en Belgique, et encore moins en France et en Italie. La partie la plus occidentale de l’Europe – l’Espagne et le Portugal – était encore aux mains de régimes de type fasciste qui allaient être renversés bien des années plus tard.

Au cœur de l’Europe, de véritables Fronts Populaires en France et en Italie ont ouvert la voie à des gouvernements de coalition antifascistes avec la participation de différentes forces politiques dans les plus hautes sphères du pouvoir. Prestigieux pour leur lutte héroïque, les partis communistes – avec une très forte tradition ouvrière – ont joué un rôle de premier plan qui a effrayé les bourgeoisies nationales des deux pays, qui ont eu recours au soutien des Etats-Unis pour protéger les intérêts du Grand Capital.

Dans ce contexte, c’est la France récemment libérée et le Paris de la Commune de 1871 qui ont accueilli les représentants de cette immense pléiade de combattants sociaux venus des quatre coins de la planète. Là, la voix de Louis Saillant a salué les bâtisseurs de l’unité syndicale des travailleurs d’un monde renaissant de ses cendres.

Le Congrès constitutif de la FSM a jeté les bases de l’émergence d’une puissante structure syndicale internationale ; mais, en outre, il a défini des lignes directrices et des principes, et recueilli la contribution et les expériences des travailleurs provenant de différents scénarios du processus social.

A Paris, en effet, se trouvaient les délégués des syndicats soviétiques, dont beaucoup étaient des défenseurs de la patrie socialiste sur les champs de bataille ; mais aussi des représentants des travailleurs des pays européens soumis depuis plusieurs décennies à l’opprobre nazi. C’était la situation, avant tout, des travailleurs d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne, du Portugal, de Roumanie, de Bulgarie, de Pologne et d’autres pays, où pendant de nombreuses années, des régimes extrêmement réactionnaires et répressifs ont prévalu. Dans ces pays, depuis les années 1920 et 1930, il n’y avait pas de syndicalisme, ni de structures syndicales indépendantes et de classe. La résistance acharnée et héroïque obrera¸ était illégale et secrète, et a coûté de nombreuses vies à chacun de ces peuples.

Représentant le mouvement syndical latino-américain naissant, des représentants des travailleurs d’Argentine, du Brésil, de Colombie, de Cuba, d’Équateur, du Guatemala et du Panama se sont réunis dans la capitale française. Vicente Lombardo Toledano, figure emblématique du mouvement ouvrier continental, était là pour représenter la CTAL, la Confédération des travailleurs d’Amérique latine, qui avait émergé peu de temps auparavant du Mexique.

Cependant, les représentants des syndicats des États-Unis, qui étaient dirigés par de vieilles cliques accros à la domination des monopoles impérialistes, sont également arrivés dans l’ancienne Lutèce. Ils sont arrivés en France principalement pour s’informer sur ce qui était en train de naître et pour étudier comment faire face au phénomène, afin d’affaiblir le mouvement ouvrier international et de stériliser leurs luttes.

L’AGRESSIVITÉ DE CLASSE DES CAPITALISTES

Les grands capitalistes et leurs représentants politiques ne pouvaient pas ignorer ces événements qui ouvraient un nouveau visage au monde de l’époque. Ils ont commencé plus tôt, puisque la Fédération américaine du travail (AFL) et le Congrès des organisations industrielles (CIO) ont accusé les syndicats britanniques d’avoir “fait un pacte avec les Rouges” ; mais ils ont atteint une plus grande dynamique dans la tâche d’affaiblir l’effort unitaire des travailleurs, après la montée de Harry Truman au gouvernement des Etats-Unis et le début de ce qui sera plus tard appelé “la guerre froide”, c’est-à-dire le prétexte pour lancer une offensive économique, politique et sociale contre le pouvoir soviétique et la force unitaire des travailleurs.

Il s’agit du plan Marshall, l’outil principal utilisé pour saper la conscience de classe des travailleurs européens et ouvrir un processus de confrontation qui allait finalement conduire à la rupture de l’unité syndicale dès 1949. À l’époque, les forces les plus étroitement liées au gouvernement des États-Unis et à ses mécanismes opérationnels ont avancé l’idée que le plan Marshall n’était qu’une aide aux peuples européens touchés par la guerre.

Bien que le FSM naissant ait choisi de ne pas condamner le plan Marshall dans un premier temps, laissant les syndicats de chaque pays presque libres de choisir les résolutions les plus appropriées à leur situation, cette décision n’a pas été suffisante. En 1947, et sous l’influence d’Irving Brown – un agent des services secrets américains bien connu – la formation d’un nouveau Centre syndical international a été promue. Pour ce faire, le gouvernement yankee n’avait que 1 500 000 dollars pour scinder la CTAL et ainsi saper les fondements de la FSM (3)

Ainsi, dans le scénario ainsi créé, en 1949, la Confédération internationale des syndicats libres – la CISL – a été constituée, ce qui en est venu à être considéré comme la structure syndicale la plus étroitement liée au Grand Capital.

La division, cependant, n’est pas restée seulement comme une coupure violente dans le plus haut sommet du pouvoir syndical. Dans chaque pays, il y a eu un travail intense de division qui a détruit l’unité des centrales ouvrières dans les différents pays. Ainsi, en France, la CGT a été déchirée. Ce qui s’est passé aussi avec la Confédération italienne du travail – CGIL – En Amérique latine, pour briser la CTAL, est née ce qu’on appelle l’Organisation régionale interaméricaine du travail – ORIT -, qui est un terrible souvenir dans notre continent.

LES DURES ANNÉES DE LUTTE DE LA WFTU

Presque dès lors, la Fédération mondiale des syndicats a été attaquée de deux côtés. D’une part, elle a été harcelée par les capitalistes à travers leurs instruments d’action. D’autre part, il a été assiégé par les secteurs réformistes qui, de connivence avec le “syndicalisme jaune”, ont offert leurs forces au profit de leurs employeurs, affaiblissant la capacité d’action du syndicalisme de classe.

La Fédération syndicale mondiale a maintenu son activité depuis son siège à Paris jusqu’en 1953, date à laquelle elle a été contrainte de changer de siège. Entre 1953 et 1956, elle a opéré à Vienne, la capitale de l’Autriche ; mais en 1956, elle a déplacé son attention à Prague, où elle a opéré pendant une longue période, entre 1956 et 2005. À partir de 2006, elle a travaillé à Athènes.

Pendant toutes ces années, le travail de la FSM a été complexe et plein de défis. La principale bataille, sur la scène mondiale, a été la lutte pour la paix et contre la guerre ; pour l’unité, la solidarité et la fraternité entre les peuples ; pour la justice sociale et contre la politique d’aspiration des monopoles ; pour le renforcement des syndicats et le respect des conquêtes des travailleurs et la préservation de leurs droits ; pour l’élimination de l’exploitation capitaliste, la fin des monopoles et la reconnaissance de la souveraineté des États ; contre le colonialisme et ses expressions de domination sur les peuples et les nations ; et pour l’intégration des populations autochtones et le respect de leurs cultures.

La lutte contre le chômage, la lutte pour des salaires décents et des conditions de travail décentes et compatibles, la défense des droits des femmes et des enfants, la défense des droits de l’homme et la préservation des libertés publiques et syndicales, contre la répression et la torture, la confrontation et la condamnation des régimes meurtriers dans les différents continents, et la solidarité totale avec les travailleurs, les paysans et les étudiants là où elle est indispensable, ont été en quelque sorte les grands thèmes qui ont animé la FSM pendant toutes ces années.

Ses dirigeants tout au long de ce processus ont été Louis Saillant, Pierre Gensous, Sándor Gaspar, Enrique Pastorino, Ibrahim Zakaria et Alexander Zharikov. Ils ont assisté avec une diligence responsable aux questions soulevées auprès des syndicats au niveau international. Ils ont visité des pays, participé à des événements, promu des actions, reçu des délégations, assisté à des congrès syndicaux et parlé ouvertement sur toutes les questions.

Ceux d’entre nous qui ont eu l’occasion de visiter le siège de la FSM pendant cette période afin de remplir leurs responsabilités syndicales, se souviennent surtout du Français Pierre Gensous, du Hongrois Sándor Gaspar et du Soudanais Zakaria. Avec eux, nous avons eu l’occasion de partager des idées entre 1969 et les années 1980. Nous étions conscients de leurs préoccupations, nous avons écouté leurs idées, nous avons reçu leurs conseils et leurs opinions et nous leur avons toujours exprimé franchement et directement nos observations recueillies dans la lutte des travailleurs de nos pays.

Les dirigeants syndicaux d’Amérique latine ont encore en mémoire nos rencontres avec les camarades qui ont servi la région : les Espagnols Aparicio et Aliaga ; les Chiliens Juan Campos et Mario Navarro ; ils étaient attentifs à nos appréciations et à nos exigences, et guidaient avec sagesse et critères les actions de nos organisations.

La FSM a joué un rôle remarquable en Europe, mais a projeté son action dans d’autres scénarios de la planète. Sa condamnation du coup d’État fasciste du général Suharto, qui a renversé le président Sukarno et déclenché une offensive brutale contre le peuple indonésien, la campagne de solidarité avec le peuple vietnamien pendant les années de guerre contre l’agression américaine, la solidarité avec Cuba, drapeau permanent des peuples, et la dénonciation systématique des plans de guerre de l’Empire, ont toujours été dignes d’intérêt.

Les congrès de la FSM étaient une véritable école pour les dirigeants syndicaux de tous les pays. À Budapest (1969), Varna (1974), Prague (1978) et La Havane (1981), ils ont été une source inépuisable de propositions et d’idées qui ont rempli de messages les travailleurs de tous les pays, ont guidé les luttes, conçu des stratégies et indiqué des propositions pour avancer dans les plans les plus larges.

Lors des conférences annuelles de l’Organisation internationale du travail, la FSM était toujours présente – le camarade D’Angeli a guidé les tâches, conseillé les positions, coordonné les actions avec qualité et engagement.

La chute de l’URSS et l’effondrement des régimes d’Europe de l’Est ont porté un coup sévère au mouvement syndical international et à la FSM. La plus grande perte, bien sûr, est la disparition du Conseil central des syndicats soviétiques, mais aussi l’affaiblissement des centrales syndicales vigoureuses en France et en Italie et la perte des positions de classe dans les structures syndicales d’autres pays.

Dans certains cas, la confusion a joué un rôle majeur dans l’affaiblissement des structures syndicales dans différents pays. Mais dans d’autres, c’est l’œuvre de l’ennemi qui a sévèrement frappé la conscience du prolétariat.

LA WFTU EN AMÉRIQUE LATINE

Depuis les années de la CTAL, la FSM est présente sur notre continent. Mais elle a brillé de mille feux dans les années 60 et 70, lorsque l’influence de la Révolution cubaine s’est fait sentir dans la région.

Grâce à l’influence de Cuba, la région a cessé d’être un simple grenier à blé des grandes entreprises américaines et est devenue un véritable champ de bataille où les gens ont développé de nombreuses actions.

C’est précisément la solidarité avec Cuba qui était présente dans le concert continental. Mais elle a également ouvert la voie à la solidarité avec les luttes du peuple brésilien. Cela a permis la tenue d’un congrès syndical latino-américain au Brésil au cours de ces années-là. C’est là que, dans le but d’accumuler des forces pour créer une centrale syndicale latino-américaine, un bureau de coordination et de solidarité a été créé, appelé Congrès permanent de l’unité syndicale des travailleurs d’Amérique latine -CPUSTAL- qui a fonctionné au Chili jusqu’en 1973, avec le soutien de camarades chiliens et la participation active de dirigeants syndicaux du Venezuela et de l’Uruguay. Martin J. Ramírez, du Venezuela, et Roberto Prieto, de l’Uruguay, ainsi que le Chilien Héctor Santibáñez, ont joué un rôle fondamental dans cette tâche.

En raison des circonstances vécues sur le continent, il n’a pas été facile d’assurer l’adhésion à la FSM de certaines centrales syndicales. La puissante Central Unica de Trabajadores de Chile – la CUT – n’a pas réussi à s’affilier à la FSM. Le PIT-CNT en Uruguay ne l’a pas fait non plus. La COB en Bolivie a maintenu sa neutralité en termes d’affiliation internationale. Seules la CTC de Cuba et la CGTP du Pérou ont assuré leur affiliation directe, ce qui nous a permis, dès 1969, d’avoir un siège au Conseil général de la FSM qui était honorablement couvert par notre camarade Isidoro Gamarra Ramírez, président de la centrale syndicale péruvienne de l’époque.

La CGTP du Pérou. Depuis sa reconstitution en juin 1968, elle est liée à la FSM. Elle s’y est affiliée et a coordonné des tâches et des événements d’importance significative. Ainsi, valorisant le rôle de la FSM, dans la thèse du IVe Congrès national de la CGTP, tenu en mars 1976, il est dit que : “Aujourd’hui, la Fédération syndicale mondiale se définit comme une organisation et de masses, et donc démocratique. Son caractère anticapitaliste et anti-impérialiste la place résolument aux côtés des travailleurs et de leurs aspirations à plus de bien-être, de paix, de liberté, de démocratie et d’indépendance nationale” (4)

Toutefois, à la lumière de l’exemple et du message de la FSM, il a été possible de travailler dur pour faire connaître aux travailleurs le contenu général des positions de la FSM dans le plan mondial.

Le travail acharné de Lázaro Peña, à Cuba ; Cruz Villegas et Hemmy Croes, au Venezuela ; le pasteur Pérez et Roso Osorio, en Colombie ; Luis Figueroa, au Chili ; Simón Reyes, en Bolivie ; Luis Iguiní, en Uruguay et de nombreux autres camarades dans tous les pays de la région, a affirmé cette volonté.

La lutte contre le fascisme était d’une importance particulière sur notre continent. Elle nous a permis d’affronter la dictature militaire brésilienne de Casthello Branco, qui en 1964 a brisé la faible démocratie de ce pays, en renversant le gouvernement de Joao Goulart ; et les coups d’État de juin 73 et de septembre de la même année, en Uruguay et au Chili, respectueusement ; ainsi que la montée de la cruelle dictature de Videla en Argentine depuis 1976 ; a généré un scénario dangereux pour les travailleurs et le peuple et a forcé les syndicats de la région à se battre dans les conditions les plus défavorables.

La lutte, cependant, n’a pas été facile. Avec la crise du socialisme dans le scénario mondial, certaines positions de nature sociale-démocrate ont pris de la force qui a privé la FSM de drapeaux de lutte. Sous l’argument du “renouvellement” et de la “modernisation” des syndicats, il y a aujourd’hui ceux qui, avec le soutien matériel et financier des ONG liées à l’USAID, à la Social Democracy ou à la Démocratie Chrétienne Internationale, prêchent des théories contraires au syndicalisme de classe et promeuvent dans différentes manifestations une direction différente de celle encouragée par la FSM. Ils cherchent obsessionnellement à se distancer des organisations syndicales de la région, voire à s’en désaffilier

Dans le cadre de ce “message”, ils soutiennent que la lutte des classes n’existe plus ; que le syndicalisme moderne n’est pas une confrontation mais une concertation ; que l’heure n’est pas aux menaces mais au dialogue ; qu’il n’est pas nécessaire d’élever un syndicalisme de protestation mais de proposition.

Le fait qu’au niveau international, tant le CIOLS que la Confédération mondiale du travail, d’orientation sociale-chrétienne, aient disparu et qu’ils se soient tous deux unis dans une seule structure internationale, ne doit pas être considéré comme un “pas en avant” dans la concertation syndicale, mais seulement comme un moyen de toujours affronter les positions de classe de la FSM.

Tout cela doit toujours être confronté.

FACE AUX NOUVELLES TÂCHES

Le nouveau siècle a trouvé un nouveau contexte sur notre continent. Pratiquement depuis le début du XXIe siècle, la lumière est apparue, une fois de plus sur notre continent. Au Venezuela, le processus d’émancipation bolivarienne a vu le jour, qui s’impose aujourd’hui comme le processus social le plus important d’Amérique du Sud. Mais au Brésil et en Argentine, des forces progressistes ont menacé le pouvoir impérial. Au Nicaragua, depuis 2007, le Front sandiniste, qui est en train de construire une nouvelle société, a pris le contrôle du gouvernement. Et aujourd’hui, des luttes acharnées sont menées en Équateur, en Colombie, en Bolivie et au Chili.

Les tâches de la FSM sont définies. Les nouveaux cadres syndicaux ont le devoir d’unir leurs forces, d’unir des secteurs plus larges, de gagner pour la cause des travailleurs, les couches moyennes de la population, d’actualiser les programmes de lutte des travailleurs, mais en conservant les drapeaux de classe que les anciennes générations nous ont laissés.

Objectivement, dans la plupart des pays de la région, le mouvement syndical est intact et prêt au combat. (fin)

(*) Secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Pérou (CGTP) (1969-1976)

Notes :

1) Le mouvement syndical international. Volume 6. Éditorial Progreso. Moscou 1987

2) Ruben Iscaro. Histoire du mouvement syndical. Volume 1, Editorial Ciencias del Hombre. Buenos Aires. L’Argentine. 1973

3) Id.

4) Thèse IV Congrès CGTP. CGTP Editions, Lima. Mars 1976