Archives de l’auteur : wftufise

Sur les incendies en Grèce et l’organisation de la solidarité

Sur les incendies en Grèce et l’organisation de la solidarité

Le PAME exprime ses condoléances aux familles des morts, dont le nombre continue à augmenter, ainsi que son soutien aux blessés et à ceux affectés par les incendies.

Malgré les efforts titanesques des sapeurs-pompiers et des volontaires contre les incendies et pour faire évacuer les endroits affectés, on peut encore une fois constater l’inexistence de planification et de coordination central ainsi que le manque persistant de mesures de protection contre les incendies et de moyens pour y faire face dans les forêts. Ce sont des facteurs qui ont été mis en avant de manière ferme et à plusieurs occasions lors de la période précédente par le mouvement syndical de classe, comme une priorité pour la vie des travailleurs. Des facteurs, dont le manque, a malheureusement contribué au nombre des morts et a donné lieu à une tragédie inconcevable.

Le gouvernement doit prendre immédiatement toutes les mesures nécessaires pour les premiers besoins de tous ceux qui ont été affectés.

Le PAME va exposer immédiatement sa position pour indiquer les causes et les responsables et en ce qui concerne le soulagement des sinistrés.

A ce moment, ce qui est de priorité est l’aide et l’organisation de la solidarité directe et concrète. Le PAME appelle les organisations syndicales à organiser immédiatement leur solidarité concrète aux résidents et aux sinistrés et de venir en leur aide de toute façon envisageable aux côtés de tous ceux qui sont impliqués dans le combat contre les incendies.

Le Bureau de Presse

Athènes, 24/07/2018

FISE soutient  la mobilisation nationale de la Fédération colombienne des travailleurs de l’Education (FECODE)

FISE soutient  la mobilisation nationale de la Fédération colombienne des travailleurs de l’Education (FECODE)

La Fédération Internationale Syndicale de l’Enseignement(FISE), affiliée à la FSM, reste aux côtés des enseignants de la Fédération colombienne des travailleurs de l’Education (FECODE),  qui a annoncé une grève générale pour le 25 Juillet 2018.

La situation menaçante, que les enseignants, les étudiants et les institutions éducatives affrontent, constitue une des raisons principales pour cette journée de mobilisation nationale. Des auteurs d’actes de violence assassinent  des enseignants et intimident la communauté éducative dans plusieurs régions du pays. Selon des dénonciations,  les menaces de mort et les meurtres, commis par des groupes paramilitaires, prennent de l’extension partout au pays.

Très intenses sont les protestations de la part des institutions éducatives pour leur sous – financement qui a conduit à la dégradation de l’éducation publique, le manque du personnel enseignant, de l’infrastructure et du transport scolaire.

La Fédération Internationale Syndicale de l’Enseignement(FISE) soutient les justes revendications des enseignants en Colombie pour plus de moyens pour une éducation publique laquelle répond aux besoins des enfants de la classe ouvrière. Leur combat concerne tous les ouvriers et en même temps se relie aux préoccupations de la classe ouvrière et des enseignants du monde entier.

Le combat  pour la liberté, pour les droits du peuple et contre l’exploitation et le terrorisme  est un combat  commun

Nous saluons votre combat et nous vous souhaitons le mieux

LE SECRÉTARIAT

La FISE dénonce les attaques perpétrées par le gouvernement israélien contre le peuple palestinien.

La FISE dénonce les attaques perpétrées par le gouvernement israélien contre le peuple palestinien.
FISE participe au rassemblement de protestation organisé par PAME devant l’ambassade d’Israël à Athènes le jeudi 19/07/2018.FISE
Fédération Internationale Syndicale de l’Enseignement
affiliée à la FSM.

 

Message de solidarité avec le combat des enseignants au Bangladesh

Jeudi 12 juillet 2018

La Fédération Internationale Syndicale de l’Enseignement(FISE), affiliée à la FSM, reste solidaire avec les enseignants  et les employés des établissements d’enseignement non gouvernementaux au Bangladesh qui n’ont pas touché de salaire depuis Janvier 2018.

A peu près 80.000 enseignants et employés de 5.OOO établissements d’enseignement non gouvernementaux ont été exclus du système de rémunération mensuelle de l’Etat (MPO). En outre, le budget déposé par le gouvernement ne prévoit aucune somme pour leur rémunération. Les « Etablissements d’enseignements non gouvernementaux » constituent des écoles du primaire, instituées par des Organisations Non Gouvernementales (MNO), font  partie du système éducatif du pays et sont subventionnées par l’Etat. Ils fonctionnent dans les régions  où il n’y a pas d’écoles publiques et ils s’adressent à des enfants pauvres qui n’ont pas la possibilité d’accès à l’éducation publique.

Les enseignants et les employés des ces établissements sont mobilisés et protestent depuis le 10 juin 2018 et plusieurs font une grève de la faim devant  le Centre National de la Presse de Dhaka, la capitale du pays. Ils revendiquent  leur réintégration au système de rémunération mensuelle de l’Etat (MPO). Aussi ils demandent que  le gouvernement incluse la somme nécessaire pour leurs salaires, dans le budget national.

La Fédération Internationale Syndicale de l’Enseignement(FISE) soutient le combat des enseignants et des employés dans les « Etablissements d’Enseignement non Gouvernementaux » et souligne que l’Etat doit satisfaire immédiatement  leurs justes revendications.  La FISE fait appel aux syndicats des enseignants du monde entier à exprimer   leur solidarité avec le syndicat « Fédération des Non-MPO Enseignants et Employés des établissements d’enseignement et aussi avec le BTUC.

LE SECRÉTARIAT

Lire la suite

Rencontre entre l’EduPAME et Mahinda Jayasighe, Vice-président de la FISE, responsable de l’Asie, Secrétaire Général du CTSU Union du Service des Enseignants de Ceylon

Le Secrétaire Général Mahinda Jayasinghe de l’Union du Service des Enseignants de Ceylon CTSU a visité les bureaux du PAME le 5 juillet 2018 et a rencontré les enseignants du PAME et Chrysoula Lampoudi, la Vice-Présidente de la FISE, responsable de l’Europe.

Au cours de la réunion, ils ont discuté sur le mouvement syndical d’orientation de classe en Grèce et du renforcement de la FISE dans la région de l’Asie et de l’Europe.

Lire la suite

19 de Meirás. Solidarité

19 de Meirás. Solidarité

ORGANISATION ……………………………………………….

PAYS………………………

Défendre la démocratie, la liberté, la justice et la dignité collective n’est pas seulement un droit mais une obligation. C’est ce qu’a fait le 30 août 2017 un groupe de démocrates galiciens, militants nationalistes, syndicalistes, activistes sociaux, culturels, œuvrant pour restaurer la mémoire historique etc. dans une action pacifique et symbolique, consistant à dérouler deux banderoles dans le manoir Pazo de Meirás, ayant pour but de réclamer l’intervention des pouvoirs publics afin que le patrimoine spolié par le dictateur Francisco Franco, après le coup d’état fasciste, soit rendu au peuple galicien.

Suite à cette action la Fondation nationale Francisco Franco, Carmen Franco Polo et José Cristóbal Martínez-Bordiu Franco, (fille et petit-fils du dictateur respectivement) ont porté plainte contre 19 personnes. Les délits dont ils sont accusés cumulent 3 ans et 6 mois minimum d’emprisonnement et pourraient s’élever à 13 ans d’emprisonnement pour chaque personne mise en cause, sans compter les amendes d’un montant indéterminé. Nous parlons donc d’un total de 247 ans d’emprisonnement et un demi-million d’euros d’amende environ pour l’ensemble.

Nous considérons ce type d’agissement terrible du point de vue politique et juridique. Une fois de plus, on essaye de criminaliser l’exercice démocratique de la liberté d’expression, un fait qui nous semble grave et inadmissible. Mais c’est encore plus grave car ils sont accusés par la famille du dictateur qui a profité du butin de guerre ainsi que par une fondation qui ne devrait pas exister et encore moins recevoir de subventions publiques de l’État puisque parmi ses objectifs se trouve l’apologie du fascisme et de la dictature.
Nous demandons avec les activistes mis en cause que tous les biens spoliés par Franco en Galice (le Pazo de Meirás, mais aussi la Casa de Cornide à La Corogne et les statues d’Abraham et Isaac du Portique de la Gloire de Cathédrale de Saint-Jacques) soient restituées au peuple galicien. Nous pensons que c’est une exigence démocratique incontournable et une façon de rendre justice aux victimes de la spoliation et à toutes les victimes du franquisme dans leur ensemble. C’est également en conséquence une superbe manière de restituer la mémoire démocratique et la dignité collective du peuple galicien.

Nous exprimons donc notre pleine solidarité avec les 19 personnes mises en cause et nous rejetons la criminalisation de l’exercice des droits démocratiques. Dans ce sens et pour mieux le garantir dans ce cas-ci, nous appuyons la demande de déclarer illégale la Fondation Francisco Franco que le collectif mis en cause a exprimé publiquement et, de déroger toute la législation répressive de l’État espagnol visant à limiter les libertés individuelles et collectives ainsi que de restituer pleinement les droits de toutes les personnes qui ont injustement été victimes du franquisme. Il s’agit là d’un impératif fondamental pour la dignité et la démocratie.