Archives mensuelles : juillet 2016

Réunion avec le Bureau Africain de la FSM

dav

Une réunion avec le Bureau Africain de la FSM a eu lieu à Athènes, mardi le 19/07/2016. Pendant la réunion il y a eu un briefing sur l’activité de la FISE, ainsi qu’une discussion qui portait sur le succès du 17e Congrès de la FSM et le renforcement de la FISE.

Nous condamnons l’attaque à Nice en France

unnamed (1)

La Fédération Internationale Syndicale de l’Enseignement, FISE, condamne la nouvelle attaque meurtrière qui a abouti aux dizaines de morts et des centaines de blessés, à Nice et exprime ses plus sincères condoléances aux familles des victimes et au peuple français.
Nous dénonçons et nous considérons responsables les forces économiques et politiques qui soutiennent l’intensification des compétitions, des interventions et des guerres impérialistes. Les gouvernements qui se sont réunis à Varsovie et ont décidé ensemble le renforcement de l’OTAN et des interventions militaires au Moyen-Orient.
 Les syndicats dans le monde entier ont l’obligation de condamner les interventions impérialistes. De tirer des conclusions sur l’attitude de la CSI, la SES, l’IE qui soutiennent les impérialistes. D’une part, ils condamnent les exécuteurs et de l’autre ils affirment leur engagement aux forces qui arment ceux qui répandent la mort
FISE, avec la FSM vont continuer la lutte contre les attaques impérialistes qui répandent la mort, qu’ ils déduisent les droits de travail, de l’assurance, les droits sociaux, ils renforcent le terrorisme, la xénophobie, le racisme

Nous continuons la lutte contre le terrorisme, contre les forces impérialistes qui arment les terroristes.

LE SECRÉTARIAT

Que les travailleurs au Zimbabwe soient immédiatement payés

15/07/2016

unnamed

FISE, la Fédération Internationale Syndicale de l’Enseignement, membre de la FSM, proteste fortement contre la situation vécue par les enseignants non rémunérés et par d’autres travailleurs au Zimbabwe, qui sont en grève pendant plusieurs jours exigeant le remboursement de ce qu’ils ont travaillé.

Elle invite le gouvernement à satisfaire les demandes des enseignants et de payer immédiatement les salaires à tous les travailleurs. Elle exige que le terrorisme et la violence contre les grévistes  par la police soient terminés. Tous les travailleurs du monde entier ont le droit de répondre à leurs besoins et à être payés en temps utile et de façon satisfaisante. Aucun gouvernement, aucun employeur est justifié de priver l’argent et les droits des travailleurs. Nous envoyons un message de solidarité aux enseignants, aux médecins et à tous les travailleurs qui manifestent.

LE SECRÉTARIAT

Les enseignants n’ont jamais pu profiter de leur retraite. Ils passent de la classe à la morgue

Hakem Bachir

Hakem Bachir*

Le métier d’enseignant est l’un des plus pénibles, alors que beaucoup pensent le contraire car pour tout le monde un professeur de l’enseignement secondaire par exemple n’a que 18h de cours par semaine et de longues vacances. Vu comme ça cela semble vrai et qu’un professeur se la coule douce.
Regardons la réalité du métier, tout d’abord les 18h de cours dont parle la législation c’est la présence physique du professeur devant ses élèves. Alors que toutes les études sur le métier effectuées depuis 1950, prouvent que pour une 1h de présence physique devant ses élèves le professeur avait besoin de 1h30mn de travail de préparation ce équivaut à 27h sinon plus (car il aura besoin en moyenne de 12h de préparation à la maison + 8h de corrections + 5h de documentation + 2h de concertation avec ses collègues) donc cet enseignant travaille 45h par semaine sans relâche alors que la législation prévoit 35h de travail par semaine. Donc l’enseignant travaille 10h par semaine de plus par rapport à la durée réglementaire donc 45h par mois de plus soit 405h par année. Si un mois de travail c’est une moyenne de 140h alors 405h équivalent à 2 mois 3 semaines et 20h d’enseignement de plus chaque année sans parler des corrections et des surveillances qui peuvent avoir lieu en dehors des cours. Pendant 25 ans d’enseignement cela veut dire 50 mois 75 semaines et 500h soit par conversion (50mois=4années et 2mois ; 75 semaines=2 ans et 3 semaines ; 500h=3mois et 2 semaines et 2h) équivalent à 31 années et 5 mois et 3 semaines.
Résultat 25 ans de service en tant qu’enseignant c’est une moyenne de 32 ans dans d’autres secteurs sans parler des dommages intellectuelles et physiques dont fait l’objet chaque professeur.
L’enseignant n’a pas droit d’être malade, ni d’être fatigué, ni de faire de pause et doit être tout le temps aux aguets.
C’est ainsi que les enseignants ne peuvent plus profiter de leur retraite car ils n’ont jamais pu profiter de celle-ci car dès qu’ils quittent le métier malades et fatigués ; ils une moyenne de 7 années pour passer de l’autre côté de la barrière car la mort et la maladie les guettent.
IL est temps de revoir la législation de la retraite chez l’enseignant car les 32 ans de travail chez l’enseignant équivalent et preuves à l’appui à 25 ans de travail sans parler de son rendement qui plus les années plus celui-ci diminue et plus l’enseignant est fatigué et malade.
Plus de 50% des enseignants ont besoin d’avoir une retraite anticipée pour diverses raisons, dépression, diabète, tension et maladies psychique
Oui après 25 ans de travail, le meilleur des enseignants reconnaitra que son rendement est divisé par deux par usure, fatigue et maladie et avait besoin d’une retraite anticipée.
Sauvons cet enseignant et laissons-le profiter de sa retraite et ne le poussons pas vers la morgue.

* Hakem Bachir Professeur de mathématiques au lycée Colonel Lotfi d’Oran