Archives mensuelles : mai 2016

Solidarité aux travailleurs de France

29/05/2016

france

Solidarité aux travailleurs de France 

FISE, la Fédération Internationale Syndicale de l’Enseignement, membre de la FSM, exprime sa solidarité au peuple français et à sa lutte contre les politiques anti-ouvrières du « Paquet El Khomri ».

Tant en France qu’en Grèce, on promeut des mesures contre la classe ouvrière, comme la réduction des salaires, l’abolition des droits ouvriers, la commercialisation du système de la Santé et de l’Éducation. Ces mesures ont comme but la profitabilité des grands groupes d’affaires et ils attaquent surtout la jeunesse qui est condamnée aux relations du travail médiévales !

Responsables des ces développements sont ces forces du mouvement syndical qui pendant des années promouvaient l’attitude de la Coopération des  Classes et les demandes des ouvriers pour la « compétitivité» et l’ « esprit d’entreprise » selon les directions de la Fédération des Syndicaux Européens, en attaquant les droits syndicaux et les libertés des travailleurs qui luttent et se mobilisent.

FISE, soutient les ouvriers de France qui luttent forcement malgré les obstacles et les difficultés et :

  • On demande le retrait des Mesures Anti-ouvriers du « paquet El Khomri ».
  • On renonce le terrorisme, les menaces et les attaques contre les travailleurs qui luttent.
  • On exprime notre Solidarité à tous les travailleurs qui luttent en France et aux organisations-membres de la FSM.
  • Oon appelle toutes les organisations et les unions de classe à envoyer des messages de solidarité.

LE SECRÉTARIAT

Nous dénonçons le terrorisme – Nous soutenons les luttes de CNTE

24 /5/2016

Nous dénonçons le terrorisme – Nous soutenons les luttes de CNTE

La Fédération Internationale Syndicale de l’Enseignement, FISE, membre de la FSM, dénonce et condamne le gouvernement mexicain qui, selon les agences de presse, a l’intention de licencier 9.000 enseignants qui ont participé à une grève de trois jours contre la réforme de l’éducation et de déclencher des attaques sanglantes contre les manifestants à l’aide des forces armées

mexico 30002

Le gouvernement mexicain attaque les enseignants afin de supprimer le droit de grève et la participation à des syndicats non-gouvernementaux de tous les travailleurs, soit qu’ils sont enseignants soit non.

mexico 3000

FISE soutient les luttes des enseignants au Mexique, les luttes organisées par CNTE.
Elle appelle les syndicats d’enseignants et d’autres syndicats à exprimer leur solidarité et défendre leurs luttes contre les réformes éducatives antipopulaires que les gouvernements capitalistes tentent d’imposer à tous les pays pour assurer les profits du grand capital. Les luttes contre les licenciements, contre le relèvement de l’âge de la retraite, contre l’élimination des droits sociaux et du travail.

LE SECRÉTARIAT

Déclaration du CLA a l’occasion du 1 MAI

cla-label1er mai 2016

Pour un front  social contre la précarité

  de l’emploi et la répression

                                  Le 1er mai 2016, c’est 130 ans après le 1er mai 1886. 

130 ans de luttes et de résistances du monde du travail nous ont permis de bénéficier d’un ensemble d’acquis sociaux et démocratiques, tel que les huit heures de travail, le droit aux loisirs , un travail et une vie digne et le droit d’organisation et d’expression des travailleurs et leurs syndicats. 

Le capitalisme se nourrit de l’exploitation des travailleurs. Sa mondialisation est venue renforcer le dispositif de déshumanisation du travail et des travailleurs.

 Nous constatons à l’échelle mondiale :

  – des attaques contre tous les acquis sociaux menées depuis des années où se conjugue politique d’austérité et impératifs sécuritaires (terrorisme, guerre et drogue sont les maitres mots utilisés pour s’attaquer aux droits fondamentaux des travailleurs).

 – réductions des salaires et perte du pouvoir d’achat pour les travailleurs, précarisation de l’emploi d’un côté et réductions des  impôts et argent public et des contribuables pour encourager l’investissement et donc les profits des patrons d’un autre côté.

-remise en cause du droit à la santé et à l’éducation gratuite où priment les logiques de coûts et de rentabilité financière.

-précarisation et contractualisation de la relation de travail, remise en cause du droit à la retraite, durcissement des lois  sur la sécurité sociale  et réforme du code de travail.

-restriction des espaces de liberté, du droit de grève et des droits syndicaux. Répression de tout ce qui est mouvement social.

Misère et pauvreté pour ceux d’en bas, profit et liberté pour ceux d’en haut : les travailleurs doivent subir plus, les patrons doivent gagner plus!

Lire la suite